Buffles

©Christophe Raynaud de Lage
Auteur: 
Metteur en scène: 
Assistant metteur en scène: 
Lumières: 
Mode d'action - genre d'activité: 
Saison: 
Media: 

 

Mise en espace les 28 avril et 29 avril 2014 à 20h

 

Une famille de buffles tient une blanchisserie dans un quartier difficile. Le père, la mère, les six enfants. Une nuit un des fils, Max, disparaît. Les parents racontent qu’il a été emporté par un lion. Plus tard, incapable de surmonter cette absence, la mère disparaît, les abandonne, à moins qu’un lion ne l’ait mangée. Le père qui jusque-là avait tout supporté, un beau jour n’en peut plus et s’en va à son tour. C’est la faute des lions, disent les frères et sœurs...

Ecrit en 2008, Buffles est le premier volet d'une trilogie animale (suivi de Lions et Girafes). Entre le conte, la fable et l’hyper-réalisme, la pièce raconte les difficultés de grandir et de s’en sortir à la fois dans la jungle de la ville et dans la jungle des liens familiaux. Livrés à eux-mêmes, les cinq enfants vont devoir apprendre seuls à lutter et à gérer leurs émotions, leur solitude et leurs déséquilibres.

Editions Espaces 34

 

Regard de la traductrice, Clarice Plasteig Dit Cassou :

Dans Búfals comme dans les deux autres pièces de la trilogie, Pau Miró traite la fable de manière très libre. Les comportements des personnages ainsi que les dialogues modernes et actuels naviguent entre un réalisme «humain» et une approche animale qui peut paraître surnaturelle dans des situations concrètes. Si les instincts sont bestiaux, il ne s’agit par pour autant d’êtres malfaisants, mais simplement d’individus contraints à lutter et à se débattre pour survivre dans un environnement urbain peu propice. Il n’y a pas de bon ni de méchant, pas de jugement de valeur mais un questionnement sur la difficulté d’avancer dans la vie. 
On retrouve dans cette pièce toute la finesse de l’écriture de Pau Miró, son sens du rythme et de l’intrigue dont le nœud n’est pas forcément là où on pourrait le croire au premier abord. Il profite de la trame classique d’un drame familial pour explorer la solitude de chacun face à la vie.

 

Présentée dans le cadre de la résidence d'Edouard Signolet et sa compagnie Le Cabinet vétérinaire, cette mise en espace est une étape dans le travail de création.
Edouard Signolet avait mis en voix Buffles à Théâtre Ouvert en mai 2013 dans le cycle Nouvelles dramaturgies catalanes.

avec le soutien de l’Institut Ramon Llull et de la Maison Antoine Vitez