Mes souvenirs - Avignon

Extrait du Journal Théâtre Ouvert Avignon 85
Metteur en scène: 
Assistant metteur en scène: 
Scénographie - décor: 
Costumes: 
Lumières: 
Mode d'action - genre d'activité: 
Saison: 
Lieu: 

 

D'après Herculine Barbin dite Alexina B. (Mes Souvenirs - Dossier) présenté par Michel Foucault, Gallimard Collection Vies parallèles, 1978.

Du 9 au 13 et du 20 au 26 juillet 1985 (en alternance avec Je songe au vieux soleil), Chapelle des Pénitents Blancs, Avignon. Le spectacle sera repris à l'automne 1985 au Centre d'action culturelle d'Annecy puis au Jardin d'hiver dans le cadre du Festival d'Automne et au théâtre de Cergy Pontoise.

Axée sur les comédiens, la programmation de Théâtre Ouvert au Festival d'Avignon s'est faite sur la base d'une carte blanche donnée à huit comédiens pour choisir des textes à lire en public, mais aussi pour choisir pièces et metteurs en scène de trois spectacles.

Dominique Valadié a choisi Mes souvenirs, le journal d'Adélaïde Herculine Barbin (1838-1868) et le metteur en scène Alain Françon pour la diriger dans ce monologue.

Laurence Mayor et André Marcon présentent Je songe au vieux soleil d'après William Faulkner, deux monologues juxtaposés, en écho, tirés d'Absalon ! Absalon ! (personnage de Rosa Coldfield) et de Le Bruit et la fureur (Quentin), mis en scène également par Alain Françon. Déjà, en 1984, lors de cartes blanches aux comédiens dont faisait partie Laurence Mayor, celle-ci avait choisi de lire... Absalon! Absalon

 

Alain Françon : "C'est en effet déroutant d'être choisi par des comédiens - Difficile à tenir et en même temps amusant. (...) Les textes proposés ne sont pas des écrits d'auteurs de théâtre. Ce sont des récits, des monologues, je préfère dire des "paroles solitaires". Je tente de cerner le rapport intime entre l'acteur et le texte choisi, de répondre aux questions : pourquoi cette pièce, qu'est-ce qu'un monologue, qu'est-ce qu'être seul sur un plateau, quelle nécessité fait parler le personnage, à qui parle-t-il et comment, dans quelles fictions, qu'est le corps pendant cette parole, comment intervenir dans une chose aussi privée entre un comédien et un texte ? (...) Monter Herculine c'est un peu mettre en spectacle, très naïvement, la douleur.

Et puis Herculine c'est d'abord Dominique Valadié." Propos recueillis par Viviane Got (Extrait du Journal Théâtre Ouvert Avignon 85)