Premiers Tapuscrit, bulletin "Ecritures", Molécule, Mardis

 

En 1978 débute le versant éditorial des activités de Théâtre Ouvert : la publication de nouveaux textes dramatiques inédits en Tapuscrit, et la diffusion du bulletin "Ecritures" (quatre numéros en 1978 dans lesquels paraissent des articles d'auteurs - Michel Vinaver, Armand Gatti dans le n°1 - des nouvelles de l'activité de Théâtre Ouvert, des débats d'idées).

 

Cette même année, Théâtre Ouvert élargit le champ de ses activités, avec la mise en place d'un nouveau mode d'action : la Molécule, et de nouveaux rendez-vous : les Mardis et les Rencontres.

La Molécule est un travail de lecture à la table d'une semaine, hors public, entre un auteur débutant, un metteur en scène et des acteurs, pour permettre à l'auteur de retravailler ensuite, s'il le souhaite, sa pièce. Le principe, comme pour toutes les formules de Théâtre Ouvert, est de proposer le type de travail le mieux adapté à l'auteur et à l'état de son texte. La première Molécule, consacrée à la pièce de Serge Huet L'Enfant de mer est confiée à Pierre-Etienne Heymann et aux comédiens Catherine Carrel, Jérôme Deschamps, Christian Drillaud et Michèle Marquais du 16 au 22 mai 1979. Travail hors public, aucune photo ni programme n'existe dans les archives, mais l'auteur et le metteur en scène ont raconté dans Ecritures n°3 (page 3) les questions que cette expérience a soulevées chez eux.

Les Mardis sont des moments de discussions informelles proposées par l'équipe de Théâtre Ouvert aux praticiens et auteurs qui souhaitent discuter autour d'un verre. Les Rencontres, plus formelles, ont lieu avec les auteurs qui souhaitent réfléchir à des propositions concernant une nouvelle politique de création.

 

Au 21 rue Cassette, Paris 6e, en attendant de se sédentariser, Théâtre Ouvert lit, rencontre les auteurs, reçoit les manuscrits retravaillés, décide d'en publier certains. Dans Ecritures n°1 est écrit : "L'équipe de Théâtre Ouvert reçoit et lit, chaque année, quelque trois cents manuscrits. Certains d'entre eux méritent d'être connus sans tarder. Or, bien souvent, les auteurs n'ont pas la possibilité de reproduire et diffuser leurs textes. Théâtre Ouvert choisira, pour la première année, une dizaine de pièces nouvelles d'auteurs d'expression française qu'il publiera en tapuscrit, selon un procédé technique relativement peu coûteux. Chaque pièce, tirée à 500 exemplaires, sera adressée aux directeurs, metteurs en scène, comédiens, journalistes et agents littéraires à l'étranger, tandis que cinquante exemplaires seront remis gratuitement à l'auteur."

 

En cette année 1978, quatre Tapuscrits voient le jour :

n°1 Rue du temple de Michel Quint

n°2 Les Incertains de Jean-Paul Wenzel

n°3 Fugue en mineur(e) de Pierre Léaud

n°4 Un balcon sur les Andes d'Eduardo Manet