Le Ring invisible, par Marcial di Fonzo Bo, vu par Alban Lefranc

©Vincent Pontet

 

Lundi 18 février 2013, rencontre avec Alban Lefranc et lecture d'extraits du Ring invisible par Marcial di Fonzo Bo, avant la parution du livre aux éditions Verticales début mars.

 

Il absorbait par tous ses pores l'espace clos entre les cordes, et sa peau comme une éponge avalait le volume à grandes gorgées, dévorait les moindres détails de ce carré magique de 6 mètres sur 6 où il avait choisi de passer sa vie désormais.
 

Comme chacun sait, il n'y a qu'une seule façon de passer le cap Horn : vite. Mohamed Ali a su somptueusement incarner cette vitesse face à ses adversaires sur le ring, face à l'Amérique blanche des années 60.
Mais avant de s'appeler Mohamed Ali, il a fallu que le jeune Cassius Clay surmonte ses peurs, sorte de son mutisme et s'invente un corps. Il a fallu qu'il trouve la voix qui habite pleinement ce corps.
Ce livre raconte sa genèse : Ali avant Ali.
Le ring invisible, 4e de couverture
 

 

Témoignage de l'auteur, après la lecture du texte en public par le comédien Marcial di Fonzo Bo :
 

Il y a deux ans, j’avais vu à Théâtre Ouvert le magnifique Sous les arbres* de Philippe Minyana. Le jeu des comédiens, la violence et la drôlerie du texte m’avaient confirmé dans mon désir d’aller de plus en plus vers le théâtre, où j’ai le sentiment qu’une grande expérimentation est possible.
J’étais donc très heureux d’y entendre Marcial di Fonzo Bo lire le premier et le sixième chapitre du Ring invisible.
Sa profération lente, sa manière d’étirer ou d’accélérer les phrases m’ont beaucoup plu – en les disloquant parfois, pour en faire surgir des sons ou des associations inédites.
Par moments, son accent espagnol déterritorialisait à merveille le texte, et je pense à Deleuze qui dans son livre sur Kafka fixait cette ambition somptueuse à l’écrivain : « devenir le nomade et l'immigré et le tzigane de sa propre langue ». Qu’on y pense : voici un roman sur un boxeur noir américain des années cinquante écrit par un Français bas-normand et lu par un comédien argentin !
Alban Lefranc
 

* Sous les arbres, mis en scène par Frédéric Maragnani en mars 2011.
Marcial di Fonzo Bo a joué dans Le Couloir, de Philippe Minyana, en 2004 à Théâtre Ouvert, dans une mise en scène de Philippe Minyana et Frédéric Maragnani.
 

Alban Lefranc est né à Caen en 1975. Ecrivain et traducteur, il vit entre Paris et Berlin.
Parmi ses précédents romans : Fassbinder, la mort en fanfare (Payot/Rivages, 2012) ; Vous n'étiez pas là (Verticales, 2009) autour de la figure de Nico ; Des foules, des bouches, des armes (Melville / Léo Scheer, 2006).
Blog d'Alban Lefranc